Johan De Punt

Molenmaker in Mere

Constructeur de moulins à Mere

www.molenbouw.be

Met de ontdekking van de houten windmolen op het einde van de XIIde eeuw, bereikte het timmermansambacht zijn hoogtepunt. De molen werd de laatste eeuwen wel verbeterd om dan een stille dood te sterven met de opkomst van andere energiebronnen. Ons land bezit echter nog vele molens waarvan de meeste hersteld zijn en eigenlijk ook nog kunnen functioneren. Hun economische activiteit is echter stilgelegd. Deze monumenten werden nog gebouwd in een tijd dat elektriciteit en machines niet bestonden. Alles gebeurde met de hand, hoogstens beschikte men over heftoestellen die dan nog bediend werden met mankracht. De vele onderdelen in een vernieuwde molen dienen dus eveneens zo veel mogelijk manueel te worden gemaakt, al is het gebruik van machines niet verboden zolang deze geen sporen nalaten op het eindresultaat.

In een houten windmolen zijn de volgende grondstoffen verwerkt: hout, metaal, steen en zeildoek. Voor de verwerking van deze grondstoffen zijn diverse vaardigheden noodzakelijk. Voor het hout dient een grondige kennis opgebouwd te worden van de houtsoorten, hun werking en hun typisch gebruik in de molenbouw. Daarenboven dient de molenmaker de klassieke houtverbindingen te kennen en dient hij te weten wanneer hout mag gezaagd, geboord of gekliefd worden. Metaal uit zich in het vele smeedwerk, nagels, bouten en andere verbindingsmiddelen. Ook de wieken zijn tegenwoordig in metaal uitgevoerd. Molenstenen zijn eveneens een specialiteit, deze dienen goed te worden geplaatst en regelmatig gescherpt te worden, een handwerk met veel geduld. Wieken dienen zeilen te hebben om bij onvoldoende wind toch nog te kunnen functioneren. Ook de zeilen behoren tot het typisch vak van een ambachtsman, doeken knippen, stikken, touwen innaaien en het geheel afwerken met touwen.

Vroeger had men voor al deze grondstoffen een apart ambachtsman. Dit was toen leefbaar gezien de bouw van vele molens. Tegenwoordig behoren deze vaardigheden tot de kennis van de molenmaker die alzo een gevarieerd ambachtsman is geworden. Voor elk vak heeft hij ander gereedschap nodig en dienen verschillende vaardigheden te worden aangeleerd. Na jaren van oefenen, met vallen en opstaan, ben ik er na 20 jaar in geslaagd mij deze vaardigheden eigen te maken. Het is echter stilaan tijd geworden deze vaardigheden door te geven. 

L'invention du moulin en bois, à la fin du XIIième siècle, représente l'apothéose de la menuiserie en tant qu'artisanat. Le moulin a subi plusieurs améliorations au fil de siècles pour finalement disparaître sans bruit avec l'avènement d'autres sources d'énergie. Il reste néanmoins dans notre pays de nombreux moulins dont la plupart ont été réparés et qui sont en réalité en bon état de marche mais qui n'ont plus d'activité économique.
Ces monuments ont été construits à une époque où l'électricité et les machines n'existaient pas. Tout se faisait à la main, et l'on disposait tout au mieux d'appareils de levage actionnés à la force du bras. Les nombreuses pièces d'un moulin rénové doivent donc se produire autant que possible à la main, même si l'utilisation de machines n'est pas interdite tant que cela ne laisse pas de traces sur le résultat final.

Un moulin en bois est composé des matières premières suivantes: du bois, du métal, de la pierre et de la voile. Le façonnage de ces matières premières nécessite une panoplie de savoir-faire : pour le bois, par exemple, il faut disposer d'une solide connaissance des espèces de bois, leur fonctionnement et leur utilisation typique dans la construction des moulins. En outre le constructeur de moulins doit connaître les alliages classiques du bois et il doit savoir dans quelles circonstances le bois peut être scié, foré ou haché. Le métal quant à lui se retrouve dans tout le fer forgé, les clous, les boulons et autres dispositifs de connexion. Les ailes sont actuellement également faite de métal. Les meules sont aussi toute une spécialité, elles doivent être installées correctement et être aiguisées régulièrement, un travail manuel qui demande beaucoup de patience. Les ailes doivent disposer de voiles pour fonctionner lorsqu'il n'y a pas assez de vent et ces ailes constituent un artisanat en elles-mêmes, car il faut couper les tissus et les coudre, coudre des cordes dans les voiles et réaliser toutes les finitions en corde.

Par le passé, chacun de ces différents matériaux était pris en charge par un artisan spécifique ce qui était réalisable vu le nombre élevé de moulins que l'on construisait à l'époque. Aujourd'hui tout ce savoir-faire fait partie des connaissances du constructeur de moulin à lui seul, qui est ainsi devenu un artisan pluridisciplinaire. Il ne faut pas oublier que chacune de ces disciplines nécessite des outils spécifiques et l'apprentissage d'un savoir-faire particulier. Après 20 ans de persévérance, j'ai réussi à acquérir tout ce savoir-faire et il maintenant bientôt temps de commencer à le transmettre à la génération suivante.